Loi Malraux Chambéry – Une histoire passionnante

Située en région Auvergne–Rhône-Alpes, la magnifique ville de Chambéry possède une incroyable richesse culturelle de par son histoire. Pour préserver ses patrimoines qu’une solution a été, mise en place. Elle permet de réduire vos impôts tout en sauvegardant le patrimoine et en obtenant une forte rentabilité. Donc si vous êtes un amoureux de l’immobilier ancien et aussi de cette, n’hésitez plus et investissez en loi Malraux Chambéry. Mais que sait exactement de l’histoire de cette ville ? Focus sur l’histoire de Chambéry depuis la préhistoire jusqu’à nos jours.

L'ancien loi malraux chambery

L’ancien Chambéry

Chambéry à la Préhistoire et à l’Allobrogie romaine

En remontant à la Préhistoire, on se rend compte que la ville de Chambéry est née dans les hauteurs du Saint-Saturnin, à la Saint-Alban-Leysse. Utilisées comme oppidum (habitat fortifié) depuis la période Néolithique Moyen à l’époque galloise, ces hauteurs représentent l’ancêtre de l’agglomération de Chambéry. Durant la période romaine, les habitants se sont installés sur la colline de Lemenc qui relie Rome et Vienne. En 9e siècle, la ville de Chambéry apparait en premier lieu comme une petite cité du nom de Camberiaco. Il s’agissait d’une donation de biens à la cathédrale de Grenoble par la reine de Bourgogne Hermengarde en 1057. Situé sur un emplacement stratégique pour l’économie de l’époque, cela va permettre à la ville de bénéficier d’un véritable essor.

Loi Malraux Chambéry : les vestiges de la capitale des États de Savoie

Le 13e siècle est une période clé de l’histoire de la ville de Chambéry. C’est à cette période que le comte Thomas 1er de Savoie achète le terrain, plus précisément le 15 mars 1232. À la même époque, la capitale du décanat de Saint-André d’Apremont fut victime de l’effondrement du mont Garnier, cela entraina le déplacement du siège à Chambéry. Ce statut prend fin en 1563, quand le duc Emmanuel-Philibert choisit Turin comme nouvelle capitale.
L’ascension de la maison de Savoie a grandement participé au développement de la ville avec notamment la construction d’une nouvelle enceinte en 1352 à la demande du comte Armédée VI de Savoie. En 1416, le premier duc de Savoie Armédée VIII fait de la ville un État souverain hors de la domination du Saint Empire romain germanique. Au fur et à mesure du temps, de nombreuses congrégations religieuses se sont installées à Chambéry. Elle devient un lieu de pèlerinage à partir de 1452, quand la Sainte Suaire fut exposée dans la Saint-Chapelle à l’initiative des ducs qui en sont les propriétaires. L’université s’est construites bien plus tard.

Chambéry en période de guerre

Chambéry a joué le rôle de poste clé au cours des nombreuses guerres historiques. Durant la période de la Révolution française, Chambéry s’est rattaché (1er rattachement) à la France de 1792 à 1985 et a été utilisé comme chef-lieu du département du Mont-Blanc. À la fin de la révolution, la ville change de visage grâce à une politique d’embellissement à l’initiative du général Benoît de Boigne.
Durant le Second Empire, Chambéry s’est de nouveau rattaché à Chambéry de 1860. Ce second rattachement est définitif depuis la signature du Traité de Turin le 24 mars 1860.
Durant la Première Guerre mondiale, la ville se développe lentement. De nouveaux quartiers font leur apparition comme Gare et Verney. De 1920 et 1939, la ville compte environ 10 000 habitants.
Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville a été touchée par un bombardement, soit le 26 mai 1944. Ce bombardement a causé 120 morts, 300 blessés et la ruine de 300 immeubles.

Loi Malraux Chambéry : les bâtiments de l’après-guerre à nos jours

Bien que la ville se soit efforcée de se reconstruire après la Seconde Guerre mondiale notamment pour l’urbanisme, les années 1950 ont été ternes. Le dynamisme revient avec le développement des industries : l’implantation de l’entreprise Verre Textile et la création d’une zone industrielle. Après la période des « trente glorieuses », la ville s’est concentrée sur le développement culturel et a permis la création de nombreux équipements culturels (maison de la culture, médiathèque et cité des arts).
Aujourd’hui, plus de 120 000 habitants vivent à Chambéry. La ville opte pour une politique de développement et d’équipements en accord avec les autres communes comme la mise en place de la loi Malraux Chambéry. Le but de la loi Malraux Chambéry est de protéger les patrimoines en incitant les propriétaires à rénover les immeubles.

Catégorie :