Loi Malraux Vannes – Une économie dynamique

Vannes est l’une des villes les plus prospères de France, notamment pour son climat qui favorise une agriculture diversifiée. Il faut savoir que c’est également le centre de la technopole qui caractérise en grande partie son économie. Les TPE et PME ne cessent d’émerger dans la ville de Vannes grâce aux nombreuses opportunités d’affaires qui se présentent. L’immobilier est plus particulièrement favorisé par la loi Malraux Vannes.

Port loi malraux vannes

Le port à Vannes

Climat et situation géographique : un plus pour la loi Malraux Vannes

Vannes est la commune française dans le département Haute-Garonne. Ce dernier est réparti sur un territoire de 6300 km2 abritant 1,3 millions d’habitants. Elle se trouve sur l’axe de communication reliant la mer méditerranéenne et l’océan Atlantique. À 122 km de Toulouse se trouve le pic d’Aneto, le point culminant des Pyrénées. La météo à Toulouse traduit une forte précipitation durant toute l’année, même pendant les mois les plus secs. Avec une température qui avoisine chaque année le 4,7 °C, Janvier est le mois le plus froid. Elle peut arriver jusqu’à 20,9 °C pendant juillet, le mois le plus chaud. Ce qui attire d’ailleurs de nombreux étudiants.

La démographie

La générosité de la loi Malraux a permis à plusieurs entrepreneurs d’investir dans l’immobilier à Vannes. En effet, cette loi réduit l’impôt sur une période de rénovation entre 1 à 3 ans. Or, il est possible de faire louer le bâtiment en même temps. C’est tout l’intérêt de la loi Malraux visant les zones de protection pour les patrimoines architecturaux urbains. De ce fait, Vannes compte parmi les villes les plus peuplées de France avec une densité de 300 habitants au km2. La ville de Vannes, à elle seule, compte 460 000 habitants qui vivent d’une économie reposant sur des secteurs d’activités très diversifiés.

La vie économique : un avnatage pour la loi Malraux Vannes

L’économie de Vannes repose sur la dynamique des très petites entreprises et des petites et moyennes entreprises. L’INSEE recense en 2014 plus de 1 852 nouvelles entreprises dans le pays de Vannes. Devenue très prospère, l’agriculture de cette ville la classe en tant que premier producteur de blé dur dans toute la France. On peut aussi parler de toute l’attractivité culturelle et du tourisme qui jouent un rôle important. L’économie du pays est également alimentée par la technopole et l’agroalimentaire. Elle considère également l’apport du tourisme et de la vente de produits non matériels. Le revenu des ménages dépasse légèrement la normale avec une moyenne de 16 679 € contre 15 027 € par an. Un plus grâce à l’espace urbain parfaitement organisé au sein de la ville.

Les secteurs garants de l’économie de Vannes

Les précipitations abondantes favorisent les cultures de plantes à fibres, des protéagineux, des oléagineux ainsi que des céréales dans les plaines. Ce climat permet également le développement des cultures fourragères en montagne pour l’alimentation des animaux. Les vallées favorisent à leurs tours les cultures maraîchères grâce au système d’irrigation. Le secteur secondaire apporte aussi sa contribution avec les 73 industries agroalimentaires et les 118 autres usines axées dans la transformation des matériaux plastiques, mais également l’architecture navale. La part du secteur tertiaire est d’autant plus importante avec 73% des emplois créés. Il s’agit en particulier de la technologie de l’information et de la communication.

La technopole

Vannes est un pays technopole représenté par quatre axes stratégiques, dont la valorisation des produits naturels, le traitement de l’information, la santé et bien-être et le nautisme et les loisirs. Le premier concerne les technologies d’extraction, de purification, mais aussi de retraitement des ressources naturelles. Un point toujours mis en avant quand on regarde l’histoire de la ville. Le second représente la fabrication de logiciel et les systèmes de gestion logistique. Le troisième concerne, en particulier, la création de produits de bien-être, la télémédecine ainsi que l’instrumentation. Et enfin, le dernier fait référence à la conception des engins de loisirs au sein du milieu naturel. L’ingénierie nautique fait également partie de cette dernière catégorie.

Catégorie :